Mais t’as forcément un chouchou !?

10384821_10152731159711401_2852363941284650217_n

Ce matin, à la pharmacie, un monsieur joue avec mes fils, assis dans la poussette (mes fils, pas le monsieur !). Déjà j’ai tendance à être agacée par les mains pleines de doigts qui touchent mes garçons sans mon autorisation mais bon … je prends sur moi. Je reste zen. Non ce n’est pas un pédophile pervers, c’est juste un gentil monsieur.
« Moi aussi j’ai des jumeaux. Moi aussi y en a un qui est vachement plus souriant que l’autre et j’vais même vous dire, vous verrez en grandissant, y en a toujours un beaucoup plus intelligent que l’autre ! Allez bonne journée » …
J’ai perdu ma zenitude en 40 secondes.

2 ans que j’entends ce genre de choses. « C’est lequel le plus sage ? », « oh celui là est plus beau », « oh quel beau sourire contrairement à ton frère »… et palme d’or évidemment au « et vous préfèrez lequel ? » (en général je réponds « mon mari »….).
Franchement comment on peut en arriver au point d’arrêter dans la rue une jeune maman (avec 36 kilos de poussette, 1 sac à main, un parapluie et 3 sacs de courses) pour lui demander ça ???

Bah oui, je préfère mon mari ! Parce que lui je l’ai choisi 😀 Mes enfants, je ne les ai pas choisi. J’ai choisi de les avoir et de m’adapter à eux. Quelque soient  leurs caractères, leurs envies, leurs beauté (enfin deux vrais jumeaux moches, c’est la loose !!). Il y a des jours où l’un me paraît être l’enfant idéal et l’autre une teigne qui veut ma mort. Des fois, les deux veulent ma mort …Parfois je me reconnais dans les traits de personnalité de l’un et parfois de l’autre.

Fils 1er du nom a très clairement pris sur son père. Placide, doux, qui encaisse (et qui explose d’un coup). Il est le ministre de l’intérieur de leur couple. Il choisit, il dirige. Il ne connait pas l’angoisse. Il est comme une branche qui flotte sur l’eau. Je l’aime parce qu’il a souffert le martyr la première semaine de sa vie, parce qu’il n’est pas compliqué, parce qu’il a des grands yeux dans lesquels mes doutes se noient (quart d’heure émotion). Je l’aime justement parce qu’i ressemble à son père.

Fils 2ème du nom, c’est moi. Il est speed, il fait toujours mille choses en même temps, il rage 400 fois par jour, il a toujours des idées  qu’il faut faire tout de suite !. Mais il est aussi extrêmement sensible, il a peur du dragon dans le livre, peur des stores, peur des gens qu’il ne connaît pas. Il est doux et finalement mille fois plus ouvert et altruiste que son frère. Mais c’est offert à celui qui le connaît. Là où son frère pose ses petites fesses, lui se plie en 4 pour y arriver et faire plaisir. Il met la table pendant que son frère se sert. Il est le ministre des affaires étrangères, celui qui sonde le monde pour l’apprivoiser. Je l’aime parce qu’il a ce coeur immense.

Alors oui des fois j’aime mon fils n°1. Il est le chouchou du jour. Parce qu’il n’est pas chiant. Parce qu’il ne pleure que très rarement. Parce qu’il n’a pas besoin de grand chose dans la vie pour être souriant et heureux. Et puis certains jours, c’est fils n°2 qui m’émeut et qui me booste, qui me donne l’envie d’avancer et de me battre pour eux. Par sa générosité et son empathie.

Mes enfants n’ont rien à voir. Ils ont juste la même bouille (et encore). Ils ne sont pas comparables. Ils sont uniques. Et ils sont changeants, tout comme moi. C’est d’ailleurs bien là la difficulté d’être une maman bienveillante de jumeaux. Alors oui on a mille combinaisons possibles. On a plusieurs couples dans la maison selon les circonstances. Des fois c’est parents contre enfants … mais parfois c’est plus subtil et compliqué que ça. Ce sont des phases aussi,qui s’enchaînent, selon les maladies, les dents, la fatigue, les découvertes, les habilités de chacun.

Est ce que finalement, avoir un chouchou, c’est avoir à choisir ?

Alors non je n’ai pas un chouchou. J’ai DES chouchous. Et ca change. Je fais une rotation de chouchous en fait 😀 Un peu l’un un peu l’autre. Car nous sommes un clan et que les affinités se nouent et se créent à chaque instant. Ces enfants nous découvrent aussi, dans toutes nos facettes multiples et s’y adaptent (ou pas). Rien n’est gravé dans le marbre. Parfois ils m’aiment, me font mille calins, puis passent une semaine à m’ignorer, préférant empiler des bouchons de bouteille. C’est comme ça. Parfois ils se jettent sur leur père qui rentre, et parfois font mine d’être en colère. Sommes nous aussi leurs chouchous ? Celui qui aimera le foot aimera t’il plus son père que moi ? Celui qui préférera rester au chaud à lire sera t’il plus « mon » fils à moi ? Ressentiront ils ces préférences ? les cultiveront ils ? on verra bien …

Il y a dans toutes ces idées une forme de possession qui me chagrine. Au final nous ne sommes que 4 personnes essayant de cohabiter ensemble. Sous le même toit avec un vieux chien et un chat hystérique. Et rester soudés, c’est vraiment l’objectif premier. Bien au delà des tensions quotidiennes et des jeux de pouvoir, d’alliances et de mésententes. Je ne veux pas choisir entre mes enfants. Je veux choisir ma famille. Toujours elle en premier !


Cet article a été écrit pour participer aux Jeudis de l’Education de Wonder Mômes auxquels j’aime participer !
Je vous invite à aller découvrir les autres articles sur le même thème ici 🙂
macaron-rdv-education

Advertisements

8 réflexions sur “Mais t’as forcément un chouchou !?

  1. Les gens ont toujours des questions bêtes… Ça part pas forcément d’un mauvais sentiment. Mais si y avait qu’une personne, une fois, ça serait mieux. Mais c’est toujours plusieurs personnes plusieurs fois…

    J'aime

  2. Quand mon fils était petit les gens me disaient souvent « Oh il vous ressemble pas beaucoup.
    – Non, il ressemble à son père 😀
    – Vous inquiétez pas, ça va passer. »
    ?! Mais enfin, j’ai choisi son papa entre autres parce que je le trouve beau… Je tiens pas spécialement à ce que « ça passe ».

    J'aime

  3. Entendu chez l’épicier :  » Oh, mais il a l’air malade ce bébé ! Qu’est-ce qu’il a ? » Je vérifie le visage de ma fille, tout va bien. Furieuse, je cherche une vacherie à dire. Je me retourne pour répondre à la personne qui a parlé. Et là, je vois une dame âgée très mal en point, blême, les yeux infectés et une sensation générale de bout du rouleau… Mon agressivité est retombée d’un coup. Depuis, je ne fais plus attention aux gens qui divaguent sur mon bébé, ils parlent de ce qui les préoccupe, pas de ma fille. Mais c’est parfois déstabilisant, c’est vrai.
    Pour les chouchous, ma mère a toujours déclaré avoir peur des jalousies entre ses enfants car elle avait souffert de voir son frère être privilégié. Mais ses actes ont toujours trahi ses paroles : ma sœur était choyée plus que mon frère ou moi… Cela continue avec les petits-enfants… Je l’aurais peut-être mieux vécu si elle avait été honnête avec ses sentiments. Elle ne disait pas : »Je donne plus à ta sœur parce que j’en ai envie. » non, elle disait : « ta sœur mérite plus, parce que elle… » Ben oui, à l’entendre, c’était dans notre nature de recevoir plus ou de recevoir moins, comme les yeux bleus et les yeux marrons.
    Merci pour ce billet qui fait réfléchir !

    J'aime

  4. Pingback: L'impossible question de l'enfant préféré pour une Maman de Jumelles - Twins And Us

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s