Quand l’asthme débarque dans ta maison…

10995364_10152789496471401_2349939157184230665_n

Ca a commencé par une bronchiolite, un hiver. Comme des milliers de gamins pendant l’hiver.
Ca commencé par un petit garçon très essoufflé. Une maman qui en parle au pédiatre (« oh il apprend à respirer »…), qui en parle à Necker (Babyhaler + Ventoline quand vous l’sentez pas trop)… Puisque personne ne semble s’inquieter, ok. Rien de plus. Personne ne s’est pris la tête. La vie a continué.

Vendredi mon petit garçon a commencé à avoir le nez qui coule et à tousser. Comme des milliers de gamins.
Un peu de sérum phy, un peu de ventoline. Tout le monde est parti se coucher.

Samedi matin, mon petit garçon est parti pour les urgences. Il est en détresse respiratoire grave. Il désature tellement qu’on pense que la machine déconne. Il est livide, les yeux grands ouverts. Il agrippe son père. Son corps tout entier tremble. Il est en train d’étouffer. Il se noie dans ses sécrétions, à la rechercher d’un peu d’air.

Il restera 4 jours à l’hôpital, dont 2 jours de pure horreur. La ventoline et les cortico ne font pas effet, il faut augmenter les doses, rapprocher les prises. 2 jours de médecins perplexes et d’un petit gars courageux mais qui sans aide d’oxygène ne tient pas. Retour de flashs de la néonat, de cet enfant sous scope, avec sa petite perf, en couche dans le lit. Retour en arrière, en Enfer.

Il ne lâche pas son père. Je suis trop émotive, je ne gère pas mon stress, alors on décide de se répartir les rôles : Papa reste avec lui, Maman retourne à la maison avec son frère. Etre dans l’éducation bienveillante, c’est écouter et accepter. D’être seule chez soi, sans nouvelles avec un petit bonhomme qui s’ennuie tout seul. L’impression de l’abandonner. Quelle mère ne reste pas avec son enfant ? celle qui en a un autre. Celle qui a un papa sur lequel elle peut compter.
Papa restera 4 jours (et nuits) sur la même chaise, avec son petit loulou greffé à lui. Il ne le posera pas une fois dans le lit. 4 nuits sans sommeil, rythmées par les soins. 4 jours à écouter les violences verbales de la maman qui partage la chambre avec son bébé. 4 jours de toux, de glaires, de scopes, de masques, de kiné respi, de hurlements…

J’ai voulu positiver, et vite. J’ai donc entrepris, puisque j’étais reclue chez moi, le grand ménage. Le Grand. Celui que l’on repousse toujours en se disant qu’on a un temps que l’on a jamais, en réalité.

Le tapis, les rideaux, les peluches, les décos sont sorties de la chambre. Les produits ménagers chimiques sont sortis de la maison. Tous. Il ne me reste qu’une bouteille de vinaigre blanc. Les shampoings et autres gels douches non bios sont également partis. Il nous reste 1 savon bio pour 4. Nettoyage de ma tête par le vide. Le chien et le chat sont cloîtrés dans la zone non accessible aux enfants. Terminées les lingettes et autres saloperies. Terminée cette vie de consommation et de facilité. La facilité se paie toujours.

Ne pas finir parano. Mais faire ce qu’on aurait toujours dû faire. Ce que chacun devrait faire finalement. Et même si ça ne change rien à son asthme (puisqu’il est officiellement asthmatique maintenant) et bien ça ne fera pas de mal à la famille toute entière. Mon fils vaut largement quelques habitudes à changer.

Mon fils a 10 prises de médocs par jour. Il va bien mais il est encore très choqué. A à peine 2 ans, sa vie vient de changer. Et je compte bien tout faire pour que ça soit en bien. Il ne pourra jamais vivre dans un monde asceptisé. Mais au moins un jour, il saura pourquoi et comment sa famille a changé, grâce à lui.

Tous vos conseils m »ont fait beaucoup de bien sur la page facebook. Merci encore à vous, les super parents ! et n’hésitez pas à nous donner des pistes pour nous améliorer encore !

Je mets cet article dans la section Zéro Déchets car finalement c’est vraiment le déclencheur de ma prise en compte de tout ça. Et même si j’ai produit pas mal de déchets ce week end en balançant tout ça, je suis sûre d’être maintenant sur la bonne voie et je vais très certainement regarder les conseils de Béa d’un oeil tout à fait nouveau (et surtout son minimalisme !!).

Advertisements

10 réflexions sur “Quand l’asthme débarque dans ta maison…

  1. Salut ! Je t’ai laissé un com’ hier je crois sur FB. Je ne connaissais pas cette terrible histoire. Ma fille a été hospitalisée à 14 mois faute de soins du pédiatre (selles sanglantes et 40° depuis 4 jours mais il faut juste surveiller … Medecin incapable de diagnostiquer la grippe) Elle a 6 ans et je ne m’en suis toujours pas remise. Poumons qui crépitent et respiration sifflante, c’est pourtant pas compliqué ! C’est fou de laisser un môme s’enfoncer comme ça ! Aujourd’hui je n’ai confiance qu’en ma généraliste + je vais à la consultation pneumo de l’hôpital des enfants tous les 6 mois. J’espère que la prochaine visite sera la bonne pour connaitre l’allergie ! Courage tout va aller mieux maintenant !!

    J'aime

    • coucou oui il est très bien entouré maintenant et bien pris en charge on croise les doigts pour que cela suffise. je me rassure en me disant que c’est deja pas mal, on a « progressé » ! Bon courage en tout cas et bisous à la puce !

      J'aime

  2. Quelle aventure :/ Pauvre petit chaton!
    Bravo d’avoir eu la présence d’esprit de changer, de tout faire pour que ton garçon aille mieux, tout en sachant que ça ne le guérira pas. Combien de parents n’en ont clairement rien à faire de tout ça et continuent à vivre comme si de rien n’était. Combien d’enfants souffrent des mauvaises habitudes de leurs parents? Chapeau à toi, chapeau au papa de prendre aussi soin de vos enfants.
    Courage pour la suite!

    J'aime

    • Merci beaucoup Lucile, oui on le fait pour lui, pour nous, pour son frère… pour se dire aussi qu’on a fait au mieux. Quant à mon mari oui pour le coup il mérite une médaille car il a vraiment vécu 4 jours que je ne souhaite à personne. ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour!

    ayant vécu cette histoire de l’autre côté, après deux décennies de galère pour respirer, de séjours aux urgence, de cortisone à haute dose et tout un tas de médocs qui avouons-le m’ont sauvé la vie et pourri en même temps (c’est jamais inoffensif pour que cela soit efficace)… Je voudrais vous dire: ayez confiance en votre enfant! Comme pour le reste…. Il apprendra à rythmer ses respirations, doser ses efforts selon la qualité de l’air, gérer les crises. Ca s’apprend comme tout le reste ou ça rend fort aussi. Car on apprend à gérer aussi et surtout ses émotions!

    Essayez de lui apprendre à se détendre et à maîtriser sa respiration. Inspirer et expirer profondément par le nez. Et rester conscient quoi qu’il arrive (j’ai le souvenir d’avoir « lâché », arrêté de respirer parce que ça m’était plus facile! Bon… j’ai fini aux urgences et dois ma vie à un ami qui venait de suivre une formation de secourisme!) Surveillez la couleurs de ses ongles: ongles bleus= pas assez d’oxygène dans le sang= repos et vigilance (et médoc parfois). Souffle court en ballade: on s’arrête. On respire profondément, par le nez, ensemble. Puis on repart.

    Aujourd’hui je ne prends aucun traitement, et si je traîne une ventoline partout avec moi c’est pour mon petit garçon. Je n’en ai plus besoin. (maison et alimentation « saines »- mais je vis toujours dans de grandes villes polluées)

    Par contre soyez vigilante sur les effets secondaires des traitements. Connaissez les. Parlez en à votre enfant lorsqu’il sera grand. Même si (et je vous le souhaite) ce ne sont que de lointains souvenirs… On met plus d’une dizaine d’année pour se débarrasser de la cortisone complètement.

    Au fait: mon petit garçon (3 ans) a tendance à boire beaucoup, beaucoup de lait de vache. (il se sert dès qu’on a le dos tourné!) Les périodes où il excède 500ml/jour sont aussi celles où apparaissent les crises. Aucun lien pour le pneumo et je ne suis pas une scientifique. Mais du coup je remplace le lait par du lait d’amande en période de mauvaise respiration.

    Allez, faites-lui confiance!

    J'aime

    • Bonjour et merci beaucoup pour votre témoignage !
      Dans son « malheur » mon petit garçon a quelques chances que vous soulignez tres bien : je suis moi meme asthmatique – apres effort mais astham quand meme – donc je sais à peu pres ce qu’il vit et j’anticipe un peu mieux les choses… Je suis de formation de metier de la relaxation donc jai plein de techniques à lui apprendre et croyez moi, je vais les compter les années ! et il est au lait soja/amande depuis des mois avec la meilleure alimentation possible … bref je me couche tous les soirs en me disant que je fais au mieux, au max et qu’effectivement le reste c’est lui et un brin de hasard et de chance …

      J'aime

  4. zut de crotte pauvre petit coeur….moi aussi j’ai fait le tri dans mes produits ménagers, j’ai préféré du papier que de la peinture pour ma déco car mon petit sumo a une allergie depuis un passage de bronchiolites à répétition…des frayeurs qui nous poussent à réfléchir du moins je suis comme toi …plein de courage et de bisous à bébé bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s