Mais tous les parents sont bienveillants ?!

geeks

Quand on parle d’approche éducative bienveillante (positive ‘fin appelez ça comme vous voulez), il y a TOUJOURS quelqu’un pour nous dire « mais tous les parents sont bienveillants ».

Bah … « mouais ». Ca revient à dire « mais tout le monde aime la musique ». Ok, on va partir du principe que tous les parents sont gentils, plein de bonne volonté, aimant leurs momes, essayant de faire au mieux. Déjà c’est un parti pris qui est faux mais faut bien partir sur une base positive sinon l’article va tourner au lugubre ^^

Quelle différence donc entre un parent gentil motivé et un parent gentil motivé et qualifié de bienveillant ? Quelle différence entre un mélomane adepte de Beyoncé et un mélomane adepte de Mozart ? L’un est t’il forcément plus classe que l’autre ? Est ce une tare de n’être QUE gentil ou QUE fan de Beyoncé ? Pour citer cette dernière dans Crazy in Love …  » Uh oh, uh oh, uh oh, oh no no ».

Bien sûr que ce n’est pas MIEUX. Chaque parent est le « mieux » pour son propre enfant (ouais je sais c’est pas forcément vrai mais bon, parti pris positif). La différence ne se situe pas là à mon sens. La différence se situe dans l’EFFORT !. Vous connaissez l’adage « qui peut le plus peut le moins » ?

Moi j’aime bien Beyoncé. Elle me fait marrer avec ses coupes de cheveux et ses gros cuissots. J’ai juste à allumer youtube pour découvrir sa musique. Je n’ai pas besoin d’avoir fait musicologie pour comprendre ses arrangements et ses paroles. C’est festif, c’est joyeux. Il parait même que son prénom est en nette progression pour les naissances 2015.
Mais Mozart c »est légerement plus compliqué. J’y peux rien. C’est un état de fait. C’est pas accessible à tout le monde, ni tout de suite. On peut trouver ça « joli » mais pour comprendre, faut quand même se retrousser les manches à un moment donné. (Ca vaut aussi pour Rembrandt ou Rodin ou Dostoievski…)

Bah pour moi la bienveillance c’est pareil. On peut être un parent motivé, gentil et cool. On peut manger des chips en mattant Tchoupi avec son môme pendant un Pyjama’ Day mémorable. C’est festif c’est joyeux. Tout le monde peut faire ça. Moi la première (sauf qu’ici on regarde Peppa Pig…).
Mais être bienveillant, c’est légèrement plus compliqué. Pour ne pas frapper son enfant, pour ne jamais crier, pour ne jamais avoir envie de le tuer, pour ne pas le punir dans sa chambre, faut quand même se retrousser un peu les manches (malheureusement les solutions alternatives ne tombent pas du ciel… zuuuut).Certains auront plus de facilités que d’autres (oreille musicale ?). D’autres vont sacrément galérer (lutter contre l’héritage familial notamment…)
Mais ça demande un effort. Et cet effort, non désolée, tout le monde n’a pas envie de le faire. Tout le monde n’a pas les capacités de le faire. Tout le monde ne se rend pas compte qu’il devrait le faire (se remettre en question blablabla).

Oui, certains feront des journées pyjama et des claques dans la tronche du môme. Parce qu’ils croient en les deux. Bah pour moi ce n’est pas bienveillant. Certains n’iront jamais se questionner sur ce qu’ils ont connu. Certains n’y arriveront jamais ou mal (virant au laxisme ou au régime yoyo  » oh mince je l’ai frappé bon tant pis je ferais mieux dès lundi).

Peu importe si vous avez un poster d’Isabelle Filliozat accroché au dessus de votre lit ou si vous vous en sortez seuls. Mais tous les jours vous luttez contre cette claque qui se perd. Vous trouvez des solutions là où certains ne prennent même pas le temps de voir un problème. Vous suez à GROSSE goutte à chaque instant « à risque » (parc, repas, dodo…).

Mais s’il y a bien UNE chose que mes enfants m’ont appris, c’est que TOUS les efforts que j’ai fait pour eux m’ont été rendus au centuple. Tout ce que je leur ai donné (sans jamais penser au retour sur investissement), chaque doute, chaque larme, chaque calin, chaque nuit passée sur le net à chercher des idées, des activités, des repas, des complicités, des envies, des petits bonheurs … m’a été rendu. Les porter, les allaiter, cododoter, les rassurer quand ils pleurent, leur expliquer 680 fois les choses, nettoyer la DME… tout s’est inscrit profondément dans notre relation (de confiance).

Les enfants rendent toujours. A chaque parent. Même le plus horrible. Mais ne rendent pas la même chose.

A tous les parents que je croise qui désespèrent, qui pleurent les réunions de famille parce qu’ils s’en prennent plein la tronche, à tous ceux qui sont rabaissés pour chaque effort fait, à toutes les mamans seules 14h par jour sans aucun soutien, à toutes celles qui transforment l’appart en crèche, à tous ceux qui se donnent du mal, tous les jours, je voulais vous dire que non, tout le monde ne fait pas comme vous. Ca ne vous rend ni meilleur parent, ni garanti de résultats, ni même plus aimé de vos enfants. Ca vous rend bienveillant. C’est comme une petite médaille du mérite en papier que votre enfant vous épingle sur le revers. Une médaille éphemère parce que la bienveillance n’est jamais chose acquise. Elle est une lutte quotidienne. Parce qu’un jour, dans 10 ans, votre enfant sera l’un des rares à dire à la récré « moi mes parents ne m »ont jamais frappé ». Et s’il n’y a pas de fierté particulière à avoir (encore que…), lui sera fier. Et ca, tout le monde ne pourra pas en dire autant.

Ne désespérez pas. Dites vous juste « rendez vous dans 10 ans ». Et le prochain qui me dit qu’il est bienveillant tout en enfermant son môme dans la chambre au moindre caprice pour lui apprendre qui est le boss, je l’empale. Voila. Parce que je veux bien être bienveillante avec les petits êtres de moins de 17 ans. Mais pas au dela :D.

A lire dans un esprit similaire et très touchant : Les Mamans Testent : Bad Parent ?

Ps ; pourquoi une photo de mes garçons en train de toucher à l’ordi ?

*parce que leurs petites boucles qui dansent me rendent folle d’amour
*parce que.
*parce qu’on n’empêche pas nos enfants de toucher les objets même quand ils coûtent un bras
*parce qu’ils m’impressionnent à maîtriser ses outils si vite.
*parce que l’imitation et la vie pratique, ça vaut aussi pour les ordis n’en déplaise aux Montessoriens qui frottent des cuivres….

Publicités

16 réflexions sur “Mais tous les parents sont bienveillants ?!

  1. 🙂

    Encore un bel article ❤

    Mon père m'a fait sourire la semaine dernière quand on lui a laissé Tom pour la préparation au baptême… il m'a dit "en fait il est calme Tom, il est curieux, quand je bricolais à l'ordinateur, il était à côté à bricoler les stylos, à "ranger" les tiroirs" 🙂
    Oui… il a beaucoup d'énergie, mais il aime tellement qu'on l'implique dans tous nos moments du quotidien, qu'on le laisse toucher même si c'est "pour les grands".. tant que ça n'est pas hautement dangereux, je ne vois aucun souci ^^

    Bref, y 'a des jours c'est plus dur que d'autres, mais je suis d'accord avec toi, je pense que tous les efforts qu'on fait porte ou en tout cas porteront leurs fruits.

    Bisous!

    J'aime

    • Ca donne une réalité aussi au principe « mettre l’enfant au centre » (qui est d’ailleurs très différente d’en un petit prince). il faut etre fier de ce que l’on fait, du mal qu’on se donne et ne laisser personne nous rabaisser en nous disant qu’il fait pareil quand c’est faux. C’est annihiler des efforts qui pour certains coutent cher (quand le passé refait surface, quand on doit pardonner à ses parents etc …)…

      J'aime

  2. Bien sûr que je suis d’accord avec toi, je voulais surtout laisser un commentaire parce que ta dernière phrase m’a fait mourir de rire !!! Trop bon !!! Je suis quelques blogs et un groupe FB de Montessoriens (allemands) et des fois, ils sont tellement extrêmes dans leur réflexion, ca me fait mal au coeur pour eux…

    J'aime

    • hihi C’est pas méchant je les aime bien les montessoriens qui frottent leurs cuivres et je suis certaine de l’efficacité éducative de la chose… je suis mois attirée en effet par ceux qui refusent la modernité comme apport éducatif également… Maria aurait adoré facebook 😀

      J'aime

  3. Bel article.
    Et je te remercie de ce « rappel ». Parfois, peut-être trop souvent, je me demande pourquoi je fais « tant d’effort », pourquoi je prends sur moi… et je laisse tomber. Quelques minutes, quelques heures, voire quelques jours. Je suis dans une de ces périodes. Je me suis levée ce matin, en me disant que je ferais TOUT pour ne pas gronder/me fâcher… Bref une journée « entièrement bienveillante » et je n’ai pas réussi. Il y a certainement tout le contexte aussi qui compte mais en tout cas, je n’ai pas réussi et comme à chaque fois je me sens mal… Allez je vais me remotiver une nouvelle fois…

    J'aime

    • Je ne sais pas si tout tient dans la motivation. C’est bien aussi d’analyser ses erreurs et de voir pourquoi on réagit comme ça. Il y a toujours en amont quelque chose qui cloche ou qui se repete. Il y a aussi sa propre santé, sa propre « tête au clair » etc … mais en tout cas plein de courage, parce qu’il en faut !!

      J'aime

  4. Pour contrer les moments de doute, je collectionne les billets de blogs (malheureusement principalement en anglais pour le moment) sur le thème « j’ai élevé mon enfant dans la bienveillance, vous m’avez jugée, il a maintenant quinze ans et vous rêveriez d’avoir le même (nananèreuh) ».
    Mais je me sais aussi privilégiée: je ne suis jamais seule avec Chouetton, je bénéficie d’un réseau de soutien incroyable et très rare, j’ai beaucoup de temps pour lui, je suis passionnée par le sujet de l’éducation et des neurosciences, j’aime lire des bouquins et des articles sur le sujet, j’ai été élevée avec beaucoup de bienveillance, et Chouetton est un grand calme souriant et facile. Je sais que ce cas de figure est drôlement rare. Du coup je n’ai aucune légitimité pour prôner une autre approche de l’éducation: pour moi c’est « trop facile » (malgré d’autres soucis qui justifient la présence quotidienne de ce réseau incroyable).
    Alors je fais avec les « autres » parents ce que je fais avec les non-végétariens: pas de prosélytisme. Pas de jugement. Juste de l’exemple. Je sais qu’ils l’ont moins facile que moi, mais je crois de tout cœur qu’en proposant des solutions concrètes et simples, en vivant par nos principes et nos valeurs, on finit par influencer. Doucement. Une goutte d’eau à la fois.
    Pour le moment je n’ai probablement pas eu beaucoup d’impact concernant l’éducation non violente, mais en terme de vegetarianisme on avance!

    J'aime

    • ahahah je veux bien un lien de ce genre de billets 😀
      Moi aussi je suis entourée et aidée mais je me sens légitime parce que des efforts j’en fais tous les jours. Alors peut etre que pour moi ce ne sont pas des efforts mais pour d’autres qui ne les font pas ca n’a pas l’air facile !
      « moins facile » ca reste à prouver… y a guere plus facile que de les coller au coin…. donc l’exemple oui, mais sans oublier que c’est dur ce que l’on fait.

      J'aime

      • Tu as raison…. Je ne me sens jamais légitime pour rien, c’est un vrai problème 🙂
        Quant à l’exemple, tu tiens quand même le blog francophone de référence sur Reggio, je crois que tu y es!

        J'aime

  5. J’ai répété mille fois des gestes, des mots, des rituels, j’ai accompagné le sommeil longtemps (3 ans).
    J’ai eu des moments de découragements (sans pour autant céder aux « tu vois bien que ça marche pas ton truc! ») et j’ai eu besoin de prendre l’air seule, de faire le vide pour donner à plein.
    Je tâtonne pour trouver l’équilibre entre fermeté et bienveillance, j’ai essayé encore, avec le cœur, cherché des solutions. Le chemin et l’aventure continuent.
    Petit bonheur est formidable, parce qu’il m’incite à chercher des outils, des méthodes pour l’accompagner avec bienveillance et toute la famille en profite et récolte les fruits.

    Aimé par 1 personne

  6. Un article revitalisant 🙂
    Combien de fois l’entourage me répète  » tu te prend trop la tête, nous on a fait au jour le jour ».
    Combien de fois j’explique que NON je ne me prend pas la tête, pour moi c’est normal.
     » tu fais de la psycho, c’est pour ça » , peut être, ou pas.

    Quand mon bébé est né, je me suis dit  » il compte sur toi, QUE sur toi ( bon sur papa aussi). C’est TON rôle d’être la, pour lui gratter le nez, l’allaiter même si tu pleurs a chaque mise au sein, c’est TON rôle de pas dormir, c’est TON rôle a TOI d’être SA maman. Lui il n’a pas a pleurer car je suis fatigué, il n’a pas a comprendre.
    OUI c’est difficile, combien de fois je me suis dit  » si je le laisse pleurer après je serais tranquille ! Elles en ont de la chance les autres mamans, moi j’y arrive pas »

    Puis je me suis fait une raison, je suis une maman chiante, avec tout un tas de principe a la con =)

    J'aime

  7. Pingback: Si la bienveillance était aussi simple… | Reggio & Twins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s