Le Pacte d’un père.

10711005_10152334303206401_4482899491500440683_n.jpg

Au fin fond de la savane parisienne, sur les marches d’un grand immeuble, un mâle a l’air open et une femelle l’est vachement moins. Elle voudrait boire son café peinard mais le mâle fait le beau. La femelle râle (pour changer). Aucun mâle de cette savane pourtant peuplée de mâles dispo, ne veut lui faire une portée. C’est nul.

Elle le regarde… Il a des air max quoi !! Qui porte encore des air max franchement ?? Elle la bourgeoise en reebok freestyle le toise de haut. Tu sors d’où toi ?

Le mâle roule des mécaniques et tranche avec un  » moi j’vais t’la faire ta portée ! ».
La femelle ricane. Sont cons ces mâles quand ils s’y mettent. Comme si tout était aussi simple dans la vie.

Il l’invite au resto. « Ca t’dit un kebab  » ?
Il leur cherche des points communs. Y en a pas des masses. Il y croit quand même… elle en rigole encore…

Elle a nettement moins rigolé, 8 mois à peine après cette conversation digne de Shakespeare quand le médecin lui a dit que les portées c’était mal barré. Et quand elle a entendu le mâle rester stoïque et dire de son légendaire air débonnaire « pas grave on va tenter quand même ». Mec, il vient de te dire que c’est mort !!! On dit pas « pas grave, on va tenter » !!! Le mâle a encaissé la colère, l’injustice, la peur, les pleurs … et a continué d’y croire.

Elle a encore moins rigolé quand 3 mois près cette affirmation surréaliste, on lui a dit qu’elle attendait un bébé !

On a fêté nos un an de couple, j’avais le ligne svelte de Casimir ! On venait d’apprendre que le mâle avait tapé l’exploit jusqu’à en faire 2 des bébés ! En vrai il y est strictement pour pas grand chose mais on s’en fout IL A REUSSI à tenir sa promesse shakespearienne faite un an plus tôt. Ses affaires étaient encore dans des cartons chez moi qu’il était l’heureux papa de 2 petits garçons ! Le mec ne fait pas les choses à moitié.

Bon.
Mais être père, c’est pas juste les avoir. C’est l’être.
Et Brave Papoune l’est depuis le tout début. Il a pas juste fait le beau. Il l’a été. Ca va faire 5 ans maintenant qu’il a fait sa promesse et il l’a tenu. Bien plus que prévu ! (et il a toujours des air max !)

483814_10151340968081401_2065804705_n

Bon je te rassure, c’est un mâle hein ! Il gueule, il est bordélique, il les laisse regarder Starwars, il les emmène au KFC, il leur achète QUE des Nike,  il a jamais lu la notice d’un médoc avant de le donner, il met de l’eau partout quand il donne le bain (et il essuie pas)… fin la liste est longue…

Mais il a porté sa famille sur ses épaules, chaque seconde de notre nouvelle vie. Il bosse, dur. Il fait de la route, beaucoup. Il promène les chiens, il fait le ménage, la lessive, les courses, la bouffe, il se lève la nuit, il dort avec eux à l’hôpital, il répare les jouets… Il donne chaque centime qu’il possède pour eux. Chaque minute qu’il vit est à eux. Et je crois que la bienveillance ne peut pas être dans une maison sans cette place prise par « l’autre ». On ne peut pas se battre seule. On est une équipe et on est une équipe soudée qui gagne.
Peu importent les emm.. qu’on a pu connaître, on marche droit, lui et moi. Comme deux gros percherons de trait dont les sabots foulent la terre humide du champ pour moissonner… On a été et on est restés, les parents souriants en néonat avec nos biboux d’à peine 1 kilo, emmitouflés dans nos pulls, collés à notre peau. On sait d’où l’on vient et ce que l’on a vécu pour y arriver. C’est notre force. On les a tellement voulu que peu de choses peuvent briser le sourire !

11247893_10152901529776401_974895352063565053_n-1

 

Y en a eu des moments durs. Très durs. Des moments où on ne parle même plus d’amour mais de survie. Où on s’engueule en chuchotant, chacun avec un bébé à endormir dans les bras. Où on doit aller à Necker tôt le matin avec plus d’affaires que pour un tour du monde. Et qu’il oublie de prendre des couches ! Quand la maladie me brise dans mon lit et qu’il doit me porter pour aller aux toilettes… Quand la fatigue et le désespoir prennent le pas… Mais on a appris, tous les deux à fonctionner en binôme. D’ailleurs on s’appelle mutuellement Cortex et Minus. Je suis celle qui pense. Il est celui qui exécute. Je suis le cerveau. Il est les bras. Et on ne se demande pas de dépasser nos frontières. Chacun fait ce qu’il sait faire le mieux.

1904179_10151878776901401_305574807_n

Il a appris et apprend toujours. Il cherche à faire mieux. Il tente des trucs (qui ne marchent jamais mais il tente). Il a 2 grammes d’autorité mais il y croit quand il fait la grosse voix. Il connait ses limites et ses peurs. Il les apprivoise, comme il peut. Il aime dormir avec eux. Faire des gâteaux avec eux. Les entendre parler et apprendre de nouveaux mots. Il est resté le papoune qui les larmes aux yeux voit ses petits entrer dans la classe d’école. Il a toujours des idées grandioses pour les occuper !!!

10409059_10152469909061401_7100279810236441802_n
Bien sûr, en 5 ans on s’est mariés, on a notre maison, notre grosse voiture et notre « labrador ». Je vais bientôt retravailler (et il est l’un des rares à m’encourager malgré le risque que cela comporte). On a grandi, on a évolué. Les enfants aussi. Les choses sont devenues plus faciles.

Mais 5 ans après, on est au fond de nous, encore les mômes qui se faisaient un pacte sur les marches de l’entreprise où ils travaillaient. Ces trentenaires un peu gamins qui rêvaient de choses simples. Oui, on l’est encore. Blottis tous les deux le soir devant une série, on porte encore en nous leur espérance et leur foi en la Vie. Maintenant, récompensés comme nous le sommes, nous nous permettons d’espérer encore plus grand, plus beau, plus fort.

Nous avons tout maintenant pour être heureux. On fait le pacte de continuer à l’être. La différence c’est que, quand il me dit « on va tenter »… j’le crois !

Il n’aurait rien été sans nous. Nous n’aurions pas existé sans lui. Je n’aurais rien tenté sans sa foi. Il n’aurait rien réussi sans moi.

J’espère qu’on continuera, longtemps, à en rire.

Publicités

6 réflexions sur “Le Pacte d’un père.

  1. Waw, la chair de poule, presque les larmes aux yeux, c’est une magnifique déclaration. Oui, je partage cette vision de couple d’abord et de couple de parents ensuite comme une équipe et une équipe qui gagne en plus. Merci pour ce bel article.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s