Passer des vacances Reggio avec de jeunes enfants

11219702_10153019256146401_4134973528590709990_n

Ca y est la voiture est chargée, on part en vacances pour la première fois, tous les 4.
Ce n’est pas une mince affaire de partir avec de jeunes enfants. Ca demande une certaine logistique. En tout cas étant une caractérielle de l’organisation, j’ai eu du mal à me dire « on verra bien sur place ». On s’est donc concentrés uniquement sur leur bien être et sur ce que ça allait leur offrir à eux. Pour notre repos personnel, on verra plus tard 🙂

J’ai loué un gite dans un camping à côté de Cholet. Une grosse maison en dur, entourée de verdure et de petits oiseaux chantants. Ca leur a plu tout de suite. Et à nous aussi. C’était loin d’être parfait et luxueux (surtout la déco 70’s) mais ce petit écrin de nature allait devenir « notre chez nous », l’espace d’une petite semaine et nous avions le mental d’en profiter un max, sans nous attarder sur les soucis matériels. Le « hic » des enfants, c’est qu’ils n’ont aucune notion de danger. Rester « pas loin » est une notion encore inconnue. Donc tout de suite s’est posée la problèmatique des occupations. Dans le camping, ils fuient et se mettent en danger. Dans la maison ils s’ennuient. Il a fallu aller plus loin.

12011304_10153015768656401_8661307594003977375_n

Je n’ai pas choisi ce camping pour le lieu mais pour le prix, on ne va pas se mentir. Donc nous n’étions pas particulièrement dans une optique de visite particulière. Tout était bon à prendre et j’ai vite compris que le thème allait être sensoriel. Leur faire vivre des expériences différentes mais basées essentiellement sur la nouveauté et le corporel. Du Reggio en extérieur par excellence. Une semi autonomie et liberté d’action pour découvrir ce que l’on peut en faire (et quelles en sont les limites).

Il a fallu lister toutes les activités potentiellement intéressantes pour 28 mois. Pas en extérieur s’il fait mauvais. Pas en intérieur puisqu’ils ont besoin de bouger. On a éliminé tous les musées, châteaux et autres abbayes. Je remercie d’ailleurs l’office du tourisme et la gentille dame qui a mis du coeur à l’ouvrage pour m’aider. Ca a été un vrai vrai casse tête mais j’admire mes petits garçons qui ont su se montrer très adaptables et peu regardants sur les détails des activités proposées ! Je crois d’ailleurs que c’est le fond même de Reggio pour moi. Peu importe finalement ce que l’on propose ou le langage choisi, l’enfant, lui, prend ce qui lui correspond et en fait de l’apprentissage. Il avance, selon son propre chemin, quelque soit le lieu ou le jeu. 

On a commencé par le parc oriental de Maulevrier. C’est très beau et bien assez grand pour les faire courir et leur faire découvrir toutes sortes de végétaux. Le seul défaut c’est que c’est en pente et que la pente finit dans le ruisseau… Sans poussette, et avec un oubli de porte bébés, on a passé une bonne heure bien sportive avec Chéri. Ils ne sont pas passés loin de la trempette… J’ai découvert qu’ils étaient de vrais petits citadins, pas habitués à la boue, à l’humide et à la pelouse qui colle aux baskets ^^ Ils ont aimé les bambous, les saules pleureurs et les Maneki Neko 🙂

12039735_10153017015351401_6650587336025092416_nLa plus grande joie a été la piscine du camping ! On ne remerciera jamais assez les bébés nageurs car ils sont plus qu’à l’aise dans l’eau et adorent ça. Ils ont appris à gonfler les brassards et à faire la planche. C’est peut être le seul endroit où ils ont été vraiment à l’écoute de ce que l’on pouvait leur apprendre, nous, personnellement et non pas juste l’environnement direct. On a pu commencer des jeux de collaboration et des prémices de cours de natation un peu plus poussés que juste s’asperger d’eau… Ce qui est sûr c’est que nos séances de 17h à 18h nous ont garanti des nuits de 12h de sommeil ^^

12003951_10153017261741401_4991505348322666877_nForcément si proches de la Vendée, nous avons poussé l’expérience aquatique jusqu’à l’océan. Je dois être trop émotive mais j’étais vraiment heureuse d’y aller et de leur montrer. La plage, le sable, le soleil, ca évoque quand même tellement les vacances de mon enfance ! Ils ont découvert beaucoup de choses finalement ce jour là et sans doute plus que je ne peux l’imaginer… Ils ont adoré tremper leurs pieds (et pas que…) et regarder les oiseaux voler. Ils ont joué avec le sable, si fin par rapport à notre sable de Loire. Dessiner avec un bâton, faire des pâtés, donner du pain à quelques mouettes rieuses… Posés dans les porte bébés pour se réchauffer, ils ont pu assimiler et digérer tout ça je pense…. Nous nous avons cherché une personne de moins de 70 ans pour nous prendre en photo avec un smartphone, ce ne fut pas si facile 😀
On a découvert aussi ce jour là que leur fatigue émotionnelle était vraiment à prendre en compte, que tous ces changements, ce n’était pas rien et qu’il fallait en reparler par la suite. Remontrer les photos, re-raconter la journée … Revivre la nouveauté pour l’intégrer comme du vécu. S’approprier ses souvenirs. Bien sûr ils n’existent pas dans leur esprit, bien sûr qu’ils vont les oublier. Mais le sensoriel marque et fait avancer. Le non-oubli et l’utilité de se donner la peine de leur faire vivre de nouvelles expériences se situe à ce niveau là.

Mon expérience à moi fut la rencontre avec Violeta. Elle est mon amie depuis des années maintenant, via les groupes fFB de parents de jumeaux. C’est un peu impressionnant de débarquer comme ça, chez les gens mais finalement nous sommes assez identiques pour avoir l’impression de nous connaître depuis toujours. C’est très très reposant de laisser ses enfants s’amuser dans un salon qui ressemble au notre (c’est à dire à une crèche miniature). De les laisser libres de découvrir à leur guise les jouets de ses petits garçons à elle. Elle est mon futur et quelque part ça m’a réchauffé le coeur de voir que la bienveillance donnait 4 petits garçons tout à fait normaux, sociables et amusants. Le croire, c’est une chose, le voir c’en est une autre. Ce futur me sert de lumière au bout du tunnel. Tout le baratin sur la sociabilisation des jumeaux et des enfants gardés à la maison m’a semblé un peu rigolo devant la réalité des choses. Non nos enfants ne sont ni sauvages, ni mal élevés, ni dans nos jupes… Bien au contraire. Sur la base solide de leur enfance choyée, ils ont construit une forte confiance en eux leur permettant justement d’être bien dans leurs baskets et d’appréhender le monde sans aucune appréhension ni angoisse. Ce jour là, mes petits garçons étaient juste eux mêmes et je l’écris avec une forte émotion. Merci Vio.

Le lendemain nous avons choisi de poursuivre l’expérience sociale en allant visiter la charmante ludothèque de Cholet. Nous avons pu la découvrir gratuitement pendant une heure (et une heure de gagnée c’est toujours ça de pris avec de jeunes enfants !). Mes enfants n’ont jamais mis les pieds dans une ludothèque et encore moins à une heure d’affluence 😀

12003215_10153022329011401_5053910703426751004_nIls se sont vite écartés de la foule d’enfants qui jouaient dans l’espace vie pratique/imitation pour s’accaparer le coin « imagination » spécial peppa pig. Ils étaient très concentrés et ont beaucoup apprécié les voitures, les bonshommes à placer, les ptites maisons et les ptits bancs de l’école etc… Moi qui les pensait moyennement intéressés par les duplo/playmobils… finalement ils se sont découvert un nouvel intérêt ! Le plus difficile a été de les dé-scotcher de là et de repartir… Nous avons aussi tentés quelques jeux de société pour tout petit qui ont été un fiasco total… maman a noté le message 🙂 J’ai vraiment beaucoup aimé ce lieu et j’ai pu parler un peu avec les animateurs qui sont dans une démarche très agréable et constructive ! Notamment une discussion tout à fait passionnante sur ce besoin de l’enfant de se poser dans un « coin » et de découvrir tout le potentiel du jeu proposé …

12032074_10153022526451401_4447004386524288474_nDans l’après midi, nous avons visité une ferme pédagogique proposée par l’office du tourisme. Pour les petits citadins ça a été une vraie découverte. Malgré un prix qui m’a paru légèrement élevé nous sommes partis, munis de nos paniers de croûtons à la découverte de différentes races animales. Au contact direct, les chèvres se sont avérées assez effrayantes (le nombre sans doute…) mais ils ont appris à donner du pain aux chevaux et aux ânes. Ils ont aimé les cochons d’inde et les lapins. Les vaches et les oies sont un peu trop bruyantes 🙂 C’est assez amusant de les voir évoluer dans un univers déstabilisant pour eux. Ce qui est sûr c’est que les animaux, c’est pas leur truc ! C’est trop mouvant et imprévisible pour eux. Ils ne cherchent pas le contact direct. Mathias a accepté de caresser du bout des doigts un cochon rondouillet mais a préféré lui trouver des glands à manger.

12020015_10153024000741401_8849432580689293378_nPour continuer dans l’animalier, et même si nous ne sommes pas vraiment zoos,nous avons fini avec celui de Doué la Fontaine. Il est très beau et plein de verdure. Il est moins axé sur l’animal que Beauval mais plus sur l’atmosphère, avec des tunnels, des carrières, des grandes zones ombragées …Les garçons ont découvert de nombreux animaux exotiques mais encore une fois sans un intérêt très poussé. Par contre d’un point de vue Reggio, le changement de « climat » et d’ambiance a été très intéressant à étudier. Ils ont aimé passer des vivariums aux grottes, des panthères aux chauve souris… Ils ont adoré voir nager un petit hippopotame l’eau étant à leur hauteur.

Pour les petites expériences, elles sont trop nombreuses pour les lister ! De la gâche de Vendée au miel de Finfarine, du magasin de jouets au café au mac do, nous avons vraiment réussi notre pari de vivre à fond cette semaine de vacances et dans la multiplication de provocations et d’incitations à la découverte. Ce ne sont pas juste des « moments », ce sont des expériences grandeur nature ! Nous allons pouvoir, grâce aux photos, retravailler tout ça doucement, en prenant le temps, à la maison pour consolider les acquis.

Nous sommes revenus fatigués mais satisfaits de notre première tentative familiale (et de camping !). J’étais ravie de pouvoir emmener notre pédagogie en vacances sans blinder le coffre de jouets et de matériel pédagogique ! Tout se trouvait sur place à nos pieds ! Nous avons pu leur laisser le temps – précieux – de jouer avec des brindilles, des coquillages et des feuilles mortes.

Bonne reprise à tous en tout cas ! Pour nous elle s’annonce plutôt pas mal, nous avons encore un mois et quelques avant de repartir mais cette fois, plus loin et plus longtemps, on en reparlera ❤

Advertisements

2 réflexions sur “Passer des vacances Reggio avec de jeunes enfants

  1. merci pour ce partage! c’est marrant d’avoir des expériences de citadins…nous c’est la campagne et les animaux de la ferme quasi au quotidien, la pluie, les flaques et la boue l’herbe…, et c’est quand on va à la ville qu’ils ont les yeux écarquillés devant les bus (et le grand plaisir de monter dedans!), les gens… et tout ça très tranquillement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s