Faire face à la colère de son petit.

b5c345da6ef6ba8ca8954ee7c5d983c4

Mon fils Damien l’a mauvaise. C’est un fait (ça dure depuis une grosse semaine). Ca se résumerait par un « rien ne va ». Alors pour faire suivre et approfondir mon Gerer les premières frustrations, je vous expose ce qu’on met en place pour gérer ce petit Angry Bird de moins d’un mètre.

Déjà sache, chez lecteur que ça ne se manifeste pas par des pleurs. Non il n’est pas triste. Il a la RAGE ! Il hurle. Et tape du pied. Et croise les bras. Fait du boudinours pendant 10 minutes. Claque la porte. Jette son jouet. Seule activité qui rend grâce à ces yeux, regarder des PeppaPig en mangeant des gâteaux ! Limite dépressif le môme (sa mère s’enfilant des pépitos n’ose trop la ramener…). Il est comme une vague que rien n’arrête. C’est un vrai sentiment, imposant et profond. Il faut le prendre en compte, car il arrive vraiment sans prévenir.

Ca se manifeste essentiellement, aux passages d’une activité à une autre, au repas, et aux couchers. Ca coince aux jointures donc. Le reste, pour l’instant, ça passe. Ouf. On notera aussi que les molaires sont en approche. L’enfant n’est donc pas plus disposé que ça à se montrer conciliant. Pour le coup, j’le comprends. Qui aimerait avoir 4 molaires qui poussent ??!

Papoune et moi même, armés de lexomil patience, avons décidé de nous la jouer cools. Bienveillants. Ouverts. Sympas. On est tous une bande de potes, ça va aller mon bonhomme. Courage. Mathias lui s’évertue à ignorer totalement les humeurs de son frère et mène une vie tranquille et zen.

Qu’est ce que donc que cette colère de « presque21mois ». Et bien je pars du principe que c’est un fort sentiment nouveau, qu’il ne sait que mal gérer (même s’il claque les portes avec beaucoup de prestance). Il faut dire que la parole est encore au point zero. Il se découvre donc un pouvoir, une volonté, des envies … et est en incapacité totale de les exprimer –> situation explosive permanente. On dirait sa mère après la césarienne quand elle voulait aller les voir en néo mais qu’aucun fauteuil roulant n’était dispo. J’en claquais des portes (mentalement).

Fait il des caprices ? Si par caprice vous voulez dire « expression d’une volonté », oui sans doute.
Fait il des colères ? je trouve ça horriblement moche comme expression. Non il ne « fait » pas. Il ressent de la colère.
Est il en train de devenir tout puissant ? Non. Il le pense peut être. Mais il a une maman réflechie qui s’y connaît. Les règles de la maison sont immuables, quelque soit l’humeur des protagonistes.
Est il en train de nous tester ? Non. Mais il se teste lui même, ça c’est sur.

Ce petit bonhomme a vu en 2 ans plus que nous tous réunis. Il a appris tellement de choses. Il est allé tellement vite. Il s’habille seul, se savonne seul, mange seul, s’endort seul. Il va si loin, au delà de tout ce que j’aurai pu imaginer. Il est réfléchi, doux et très habile. Alors oui, il a le DROIT de se reposer un peu. De venir se recharger les batteries. De faire des câlins, de réclamer une présence, de réclamer qu’on arrondisse les angles aussi, qu’on explique, qu’on en discute. A l’aube de l’arrivée de la Parole, il serait démesurément idiot de se braquer et de le repousser. Alors on fait le porte avion Fillioziat-esque. On encaisse.

Encaisser ne veut pas dire lâcher, vas y que j’te fais des frites tous les midis. Encaisser veut dire éponger, accueillir, endurer, serrer les dents, et serrer dans ses bras ce petit corps secoué par les angoisses. Angoisses devant ce flot de nouveautés mentales. Angoisses devant ce chemin parcouru.

Maman alors la journée anticipe, fait attention. On joue, on évacue, on tape dans les coussins s’il le faut. On boit du jus de pomme et on mange ce qu’on peut. Mais surtout on continue à apprendre. On avance ! Papoune s’allonge le soir, dans la tiède chambre et attend que l’orage passe. Marque sa présence. On est là, bonhomme, on fait au mieux.

On reformule. « rhhaaaaa » devient « je voudrais encore de l’eau maman s’il te plaît ». Reformuler c’est important. C’est le coeur de la CNV selon moi. Ca aide tellement. Ca lui montre qu’on peut demander la même chose mais d’une manière « normale » du moins adaptée à la vie en société.

Mais comment on tient ? Parce que c’est stressant d’être un fil tendu 14h par jour à anticiper chaque réaction ?
Eh bien pour ma part j’applique la méthode Gordon finalement. Elle est merveilleusement bien expliquée ici et je préfère vous mettre le lien que de la recopier bêtement.

Je tends, au mieux, à être en Vert/Vert. J’évite soigneusement le Rouge/Rouge. Et je pratique la présence et l’écoute active quand on est en Vert/Rouge. Je m’applique aussi doucement à dire « je suis fatiguée, chéri. Je bois un chocolat et on rejoue ensembles. Maman a besoin d’une pause ». Et pour le moment il faut avouer que ça marche plutôt bien.

Et ça passe, les journées avancent. On tient la barre mais on lâche un peu la voile. De toute façon, ne nous leurrons pas, dans quelques semaines ça sera au tour du second ^^ Bien sûr il y a des jours où l’on ressort vidés. Anéantis de s’être trouvés nuls, impuissants, sourds. Mais on en verra le bout, comme pour tout le reste. Même en pleurs, au bord de l’explosion de nerfs, il faut croire en soi. Et en eux.

Mon plus grand bonheur, ma plus grande force, c’est quand énervé, il se jette dans mes bras, comme si sa vie en dépendait en criant un « mamaaannn » de soulagement. Quand il se met à pleurer quand son papa rentre, comme s’il se vidait de toute une journée à prendre sur lui.

Oui mon Damien a la rage. Mais c’est aussi devenu un grand garçon. Et je le dis avec beaucoup d’émotions. Il n’est plus cette petite boule endormie dans sa chaude couveuse. Il est la Vie maintenant. Et elle n’est pas toujours jaune ou grise. Elle est parfois un peu tout à la fois. En tout cas, il n’est pas seul à gérer ça, on gère à 3 (bon à 5 parce que les animaux aussi prennent cher 😀 ). Et je sais que pour le coup, ça passera encore plus vite ❤

db4441d6d35f973b474df2df21dfd244

Souhaitez lui bon courage ^^ !
N’hésitez pas nous suivre sur Facebook, ça me fera plaisir ❤

Advertisements

6 réflexions sur “Faire face à la colère de son petit.

  1. Ici aussi on a connu ça et certains jour ça revient.
    J’ai été très frustré de ces situations et avec le recule, je ne pense pas avoir agis comme il le fallait.
    On apprend de ces erreurs et a l’aube de ces deux ans, elle s’exprime de mieux en mieux, et du coup, exprime moins ces colères par les cris.

    J'aime

  2. Cet article fait des échos chez moi : j’ai un petit Damien, 4 mois plus grand. Pas de petit Mathias, mais une petite Marion. J’y étais presque à quelques lettres et un zizi près ! Mon Damien est souvent en colère et s’en prend malheureusement à sa sœur. Il trouve qu’il n’y a pas assez de place sur le porte avion ! Elle aussi d’ailleurs, même si elle ne l’exprime pas de façon virulante. Comme c’est frustrant parfois de n’être pas assez « large » pour eux !

    J'aime

    • Nos bras ne sont jamais assez grands pour tout accueillir, mais on fait au mieux. D’ailleurs nous aussi on a besoin de se poser un peu parfois. ^^ courage à vous en tout cas, les mamans de petits damien c’est les meilleures 😀

      J'aime

  3. Pingback: La fatigue, ennemie numéro 1 | Reggio & Twins

  4. Pingback: Les deux facettes d’une même enfance. | Reggio & Twins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s