De l’importance des Lits au Sol Montessori

1545038_10151842687426401_1229570544_n

Je vous parlais l’autre jour de notre anniversaire « DME » (diversification menée par l’enfant). Alors je me suis donnée envie de vous parler de nos lits au sol.

C’est en lisant dans « l’Enfant » de Maria Montessori cette phrase magnifique que j’ai décidé, comme beaucoup, de m’y consacrer et de tenter, avec mes enfants. « Le lit des enfants qui savent se mouvoir seuls est une hérésie (…) les enfants sont les prisonniers d’une civilisation construite exclusivement par l’adulte pour le bien de l’adulte, qui se resserre toujours davantage, ne laissant à la liberté de l’enfant qu’un espace progressivement réduit (…) il peut ainsi abandonner cet être qui, sans doute, va pleurer, mais ne se blessera pas.(…) C’est ainsi que peut [par le lit au sol] s’ouvrir une ère nouvelle de l’éducation, celle de « l’Aide à la Vie ». Il faut clore l’époque où l’adulte considérait l’enfant comme un objet qui se prend et se transporte n’importe où quand il est petit et qui, plus grand n’a qu’à suivre et obéir. » 

Même pas elle rigole, Maria. Ni une ni deux, j’ai viré les lits. Ce n’est à vrai dire pas le plus compliqué. Il a fallu sécuriser la chambre, s’allonger par terre pour vérifier (40 fois de suite) ce qu’ils allaient « voir » (avec l’égocentrisme de l’adulte qui pense voir ce que voit un enfant !), persuader les proches que mon état mental n’était pas influencé par une bouffée d’hormones néfastes … et surtout… rester zen. 

Oui parce que Maria n’a visiblement pas eu des jumeaux, censés dormir tous les deux, dès 5 mois, dans une chambre d’environ 12 m². Autant dire que ma « déco de jeune maman fière de sa petite chambre toute belle » a vite viré au camping. Parce que maman (comme papa d’ailleurs) se sont endormis un paquet de fois par terre à côté de deux petits loulous à peine partis au pays des songes. Maria n’avait peut être pas prévu que toute la famille se retrouve à ronfler, par terre ^^.

Bien sûr, ça fait des souvenirs. Ca crée un lien, indescriptible, d’être collée à son enfant, sans oser bouger. L’entendre nous respirer dans les cheveux et gigoter dans sa turbulette. C’est de l’amour pur. De l’or pur. Ca a été mon cododo à moi, finalement. Bien sûr on a trouvé quelques fois des loulous en mode « chenille » en train d’avancer en plein milieu de la chambre… en pleine nuit. Mais on a toujours préféré en rire.

Ca nous a appris que ce n’était pas grave. Ca nous a appris à déstresser (après la néonat, c’est primordial !). Ca nous a appris à nous détendre (c’est paradoxal). Tous les parents qui font la démarche d’aménager leur intérieur et leur vie savent l’immense soulagement que c’est de n’avoir plus à « protéger » ses petites affaires des mains baladeuses. Mes garçons eux, ont appris à se rassurer de la présence de l’autre. Collés petite joue contre petite joue, ils ont appris à s’endormir seuls, à se rendormir. A partager leurs rêves. Tous les matins, ils étaient l’un près de l’autre, Quelle que soit la position de départ.

Lors du déménagement, nous avons fait un mix. Nous avons gardé les lits et le lit au sol. C’est un audacieux mélange mais qui nous réussit très bien. Nous suivons les humeurs de ces messieurs. En fait plutôt les périodes de poussées dentaires et de croissance. Lors de ces phases, mon « deuxième » est très nerveux. Il ne trouve le sommeil qu’en se blottissant dans une montagne de peluches diverses et de couvertures réconfortantes. C’est comme ça. C’est son truc à lui et nous le respectons. Alors il va dans son lit et tout le monde dort. Les phases finies, tout le monde peut retourner au sol.

 

Bientôt ils auront de vrais lits. Et le lit au sol sera un lointain et agréable souvenir. Un souvenir de partage, d’amour et de rire. C’est aussi un souvenir de victoire pour moi. C’est parfois dur de les entendre rigoler jusqu’à pas d’heures. On a envie d’ouvrir la porte et de s’énerver. Mais ces rires sont l’Enfance. Ces rires, surtout entre jumeaux, sont tellement précieux. Ils sont intouchables.

Bientôt ils pourront ouvrir la porte et se balader à leur guise. Notre chambre ne fermant pas, ils pourront venir se faufiler dans notre lit. Et toutes ces choses qui m’angoissaient étant enceinte ne seront qu’un lointain passé. Mes enfants dorment près de 11h par nuit et 2 à 3h par jour. J’ai cette immense chance. Mais je reste persuadée, que c’est ainsi aussi grâce à notre petit squat aménagé, quand tous collés, nous dormions comme une colonie de loirs dans le terrier. Et même si ça n’a pas influencé leur sommeil, je me plais à croire que respecter l’enfant, sa liberté et ses capacités à s’auto-gérer ne peut porter que des fruits délicieux.

Mes lits n’ont jamais été beaux. Dans de beaux caissons en bois. Ils ont toujours été posés un peu au hasard, comme si rien n’était vraiment définitif. Comme si je n’arrivais toujours pas à croire que Maria avait raison. Mais, comme pour la DME, je suis fière d’avoir tenté. D’avoir vaincu ma peur. Quand leur petite mimine atteindra la poignée de la porte, dans quelques centimètres, je serai prête. Je le suis depuis 15 mois maintenant.

Si vous voulez que votre enfant dorme mieux, les lits au sol ne sont pas une solution miracle. Vraiment pas. Mais si vous voulez offrir à votre enfant votre lâcher prise sur le sujet, alors peut être qu’ils le sont. Apprenez à votre enfant à gérer la liberté plutôt qu’à l’empêcher d’y goûter. Tôt ou tard il atteindra la poignée 🙂

RM: Je précise que mes enfants ont toujours dormi sur le ventre, depuis la néonat, comme l’atteste la première photo. Mais que ce n’est pas recommandé.

Publicités

3 réflexions sur “De l’importance des Lits au Sol Montessori

  1. à 20 mois et 3 mois, la question est toujours là…passer au lit au sol: quand comment…? les 2 dans la même chambre à terme. (surtout je pense quand je me sentirais prête) et que la phase d’opposition sera un peu calmer (si ça se calme…!?) je me dis pour les 2 ans quand le petit lit en bois sera à changer…grand pitchoune s’endort de toute façon d’un coup en général (ou en très peu de temps!), sur le ventre et dans le coin du lit…

    J'aime

    • Les miens ayant 20 mois, j’ai envie de te dire que tu vas directement passer au lit « normal » … Le lit au sol est au sol pour que le tout bébé puisse avoir la liberté de crapahuter. Mais il évolue en hauteur en même temps que l’enfant grandit. Donc oui, attends encore et passe direct aux vrais lits. La phase s’arrêtant vers les 3 ans, à toi de voir si tu attends 😀 Personnellement je pense que ça va venir plutôt au printemps ^^ Les lits seront changés en petits bureaux à priori, on verra d’ici là. Mais tu as raison être PRETE c’est essentiel ^^ Eux le sont toujours avant nous !

      J'aime

  2. je découvre ton blog ! super un blog en français Reggio ! Mes filles sont plus âgées (bientôt 4 ans et 2 ans et demi). J’aime cet article qui me parle beaucoup, qui montre que quand on ose on gagne en confiance en soi. Quand nos amis en sont encore au « mais comment vous faites pour qu’elles restent dans leur lit ? » nous nous réjouissons de les entendre faire les folles dans leur chambre et surtout de les retrouver collée l’une contre l’autre.
    Moi aussi pourtant j’ai la nostalgie de cette chambre de bébé/enfant que nous n’aurons jamais. Celle avec la jolie commode et le beau lit à barreau assorti… La première est née avant que sa chambre ne soit jamais terminée, nous avons monté en toute hâte le lit de cododo qui n’aura servi que de barrière à notre lit, parce que en fait le cododo c’est plutôt entre nous 2 ou sur nous 2 😀 (merci le reflux). A 7 mois elle a su ramper (et donc tomber du lit en voulant en sortir) et nous avons mis un matelas au sol dans la pièce qui devait être sa chambre, nous y avons dormi avec elle à tour de rôle selon les heures et les besoins… puis dès qu’elle a su grimper elle a eu son vrai lit. Sa plus grande fierté a été le jour où nous avons remis dans sa chambre devenue « la chambre des filles » le matelas au sol pour sa petite soeur, laquelle avait 6 mois. Elle s’est sentie devenir grande pour de vraie ce jour là (elle avait 28 mois…).
    BB3 s’annonce les grandes soeurs n’imaginent même pas dormir sans lui… Nous n’avons jamais regretté d’avoir fait confiance à Maria. qui voudrait grandir entre des barreaux ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s