C’est tellement plus que d’aller au parc

parc

Elle est sérieuse ? Elle va nous faire un article sur le parc ??!! Oui oui. 🙂

Tout porte à réflexion. Même les choses qui nous paraissent banales.

Pour le sujet qui nous occupe, à savoir l’approche Reggio Emilia et la tentative de l’appliquer à la maison, le monde extérieur est un point crucial à aborder. C’est sans doute d’ailleurs le point le plus difficile  à reproduire à la maison. Surtout quand on est en appartement !!

Dans les Ecoles Reggio, les enfants ont libre accès ou presque à l’extérieur. L’école est bâtie autour de ce principe. L’enseignement et l’apprentissage de l’enfant ne s’arrêtent pas à la porte vitrée du hall. Il y a un prolongement essentiel. L’extérieur est aménagé en fonction, avec différents outils de découverte (des phénomènes météo, des instruments de musique, de patouilles diverses et évidemment de motricité globale !).

L’enfant y découvre le temps qui passe, les saisons et mille petites choses allant des insectes aux jeux de lumière en passant par les interactions sociales. L’enfant a BESOIN d’aller dehors.

Pourtant à reproduire à la maison, ce n’est pas toujours une évidence. D’abord tous les habitats ne donnent pas sur des jardins, et tous les jardins ne sont pas aménagés ou adaptés aux enfants (au mieux une vieille cabane en plastique et un petit toboggan prennent les feuilles mortes). Ensuite les aires de jeux en ville ne sont pas toujours agréables (c’est un comble mais elles ne sont pas toujours adaptées aux enfants, surtout aux plus jeunes). Et on éprouve surtout très souvent une flemme immense à sortir, surtout avec 2 enfants en bas âge, et surtout en hiver. Ok, j’éprouve une flemme immense…(mais en même temps, c’est mon blog ^^ !).

Pourtant les enfants adorent jouer (et/ou découvrir les plaisirs gustatifs) avec les feuilles de toutes les couleurs, les branches, le vent, les quelques fleurs. Ils aiment aussi croiser ces enfants cloîtrés entre les grilles de l’aire de jeux, entourés de papotantes assmats. Bon j’avoue que je fais en général un détour pour les éviter. Mais je les entends brailler, même à l’autre bout du parc ! Mes enfants, eux, courent et font leur vie. Ils zigzaguent entre les arbres au gré de leurs inspirations paysagères. Ils ont même découvert une grosse araignée en train de filer sa toile au dessus de la poubelle municipale 🙂 (oui je suis une mère indigne laxiste, ils touchent ce qu’ils veulent !!).

Je me force donc, à leur montrer l’exemple, à affronter le froid qui pique et qui rougit les joues. On touche, on sent, on marche dans la boue, on observe, on creuse. On fait de la réceptivité ( je vous renvoie ici pour comprendre Roger Vittoz, car c’est une méthode relaxante facile à appliquer aux enfants ).  » Il s’agit de laisser venir une sensation en ne cherchant ni à penser, ni à juger, ni à faire venir une image ». La nature est d’un tel enseignement qu’on ne peut pas se permettre de s’en passer. Surtout de nos jours.

Ca parait bateau de parler de l’éternel thème du « retour aux sources ». Mais finalement quand je vois ces parents assis sur les bancs, attendant que ça passe. Ces petites filles en robes toutes propres qui se font gronder si elles se salissent. Ces mômes pour qui le parc se résume à se bousculer pour atteindre le toboggan… je me dis, qu’effectivement, un retour aux sources c’est essentiel. Source ancestrale de savoir humain. Source de parentalité aussi : on est quand même dehors pour eux, alors pourquoi pianoter fébrilement sur son portable sans même regarder son enfant ?. Quand avez vous regardé pour la dernière fois un escargot avancer, avec les yeux d’un enfant ?

Pour finir cet article/réflexion, je vous mets le lien bourré d’idées d’aménagements extérieurs ICI que je trouve particulièrement chouette ! Pensez y ! Bon week end à tous ! Et profitez de l’hiver dedans comme dehors 🙂

10311771_10152398746666401_725047085055101733_n

Advertisements

12 réflexions sur “C’est tellement plus que d’aller au parc

  1. C comme ça que j’ai choisi la future nounou de ma fille, c’était la seule à jouer avec les enfants tout au fond du parc en accompagnant leur parcours moteur improvisé avec ce qu’ils trouvaient et puis sans hurler quand ils touchent la terre…TOI LA BAS, JE TE VEUX !

    J'aime

  2. Je suis la seule maman du quartier a sortir mes enfants sous la pluie… Bottes, pantalon qui craint rien, ciré et c’est parti ! Mes enfants sautent, courent et s’éclaboussent dans les flaques (j’adore les regarder). Après, on rentre vite se mettre au chaud au bain !! Elle n’est pas belle la vie !
    Pour le parc, j’avais remarqué aussi que peu d’adultes jouaient avec les enfants et avaient l’air de s’ennuyer ferme, dommage, ce sont de bons moments à partager…

    Aimé par 1 personne

    • « peu » ? tu veux dire aucun 😀 y a quelques papas qui s’essaient au foot mais avec les plus petits c’est fesses sur le banc et cris de loin … je suis la seule maman du quartier à me rouler dans l’herbe ^^

      J'aime

  3. Je fais partis de ces mamans assissent sur un banc, qui peine à ce lever quand l’enfant veut jouer. qui regarde sa fille jouer (ou pas) s’émerveille en la regardant et parfois non… je suis cette maman qui attend qu’on lui propose son aide (bienvaillente) si ma fille fait une crise. je suis cette maman là assise. cette maman pour qui le parc est devenu le moment où je peux etre tranquille. mais j’espère que demain je serais cette maman qui joue, court, rigole, cherche des trésors avec ma fille. je l’espère…….

    J'aime

    • Saurais tu dire pourquoi ? Ou que te manque t’ il ? 🙂 moi je trouve que dans l’espérance de faire mieux il y a un merveilleux debut d’action dont tu peux déjà etre fiere… il manque juste petre une etincelle ou se dire que repousser a demain c’est risqué parce que demain peut ne pas exister..
      Ou juste que demain ils auront deja 15 ans et n’iront plus au parc. .. vivons ^^

      J'aime

  4. Je vous découvre et j adore .
    Je suis assmat et nous adorons les sorties avec les enfants et faire des découvertes au gré de nos ballades.Nous n’avons pas de grand parc mais le moindre coin de verdure met nos sens en éveil ( dernierement la neige : c’est le même endroit et pourtant …et quelle merveille , ça brille , c’est froid , font , craque …..) ; s il me faut les changer pour qu ils puissent patauger je le fait avec plaisir .
    Et comme regio je me roule facilement dans l herbe ou fait un ange dans la neige sous les yeux effarés de quelques passants voir collègues .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s